testforum

Essai via Xmen

Aller en bas

Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Mar 4 Mar - 11:32


head
ZEXION

Moi, sur le forum
Comme vous avez pu le constater, je suis le membre du STAFF le plus gai. J'administre The After Years depuis sa création, en 2012, mais X-Men Horizon est dans ma vie depuis presque dix ans, puisque nous nous retrouvions autrefois sur une autre adresse. Les membres sont partis puis revenus, d'autres sont là depuis toujours, et certains ne nous ont rejoints que récemment ; le forum est toutefois constitué d'un dynamisme et d'une entente qui sont synonymes d'oxygène, après une journée de labeur. Les idées vont bon train, nous sommes tous une bande de sadiques, et beaucoup affectionnent les pavés, mais le plaisir est toujours au rendez-vous, et c'est là l'essentiel.

J'aimerais dire que j'ai une spécialité, mais j'ai plutôt l'habitude de fiche mon nez partout, au gré de mes humeurs et de mes envies, au grand dam de mes collègues. J'aime assez m'occuper de la gestion générale du forum et motiver les troupes pour poster, ou les membres du STAFF, pour se lancer dans des nouveautés. Avant l'arrivée de Xehanort, le STAFFIEN tyran, c'était moi. Sachez que je réponds rapidement aux questions et aux demandes quelconques, en général. Il n'est guère dans mes habitudes de m'épancher, aussi finirai-je par dire que je ne me lasse pas du RP, après des années d'activité, et que j'essaie d'être à jour, même si ce n'est pas toujours évident. Je suis ouverte à tout, avec mes quelques six comptes, et il ne me reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue ici. :dél:

Les autres...


J'essaie de maintenir du sérieux et de la solennité quand Dieu et Arlathan s'abandonnent à des farces extravagantes et des commentaires grivois. :uh: Quant à Xehanort ; je me passerai de commentaire... Plus sérieusement, Arlathan est le co-fondateur est il est clair que le forum n'existerait pas et ne subsisterait pas sans notre Père Noël attitré. Il est comme un frère pour moi. :akhad: J'ai l'impression de connaitre Xehanort depuis toujours et je lui fais toute confiance pour veiller sur le troupeau en mon absence. Quant à Dieu, on serait simplement perdus sans elle. Au plaisir !

icone icone
icone icone icone


_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Ven 18 Avr - 10:23


“Tout homme peut avoir dans sa destinée une fin du monde pour lui seul. Cela s'appelle le désespoir. L'âme est pleine d'étoiles tombantes. ”

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Ven 18 Avr - 10:23


Le Chuchoteur surveillait-il ses invités forcés, et si tel était le cas, était-il présent ? Cela paraissait être difficile à deviner, tant la maison semblait vaste et certaines zones difficiles d'accès. Quoiqu'il en soit, il ne faut pas douter que chaque chose était calculée et contrôlée.
L'un des êtres captifs, Davos Tosca, tenta de briser la paire de menottes qui liait les deux meilleurs amis du monde. C'était peine perdue, et d'ailleurs mal connaître le Chuchoteur. Les âmes et les matières n'avaient aucun secret pour lui. S'il souhaitait que cet homme-là restât attaché à cette malheureuse, nul ne pourrait rien contre. La paire de menottes était donc inébranlable.
Comme nous le savons, les lumières mourraient, une à une, au rythme de cette musique oppressante sortie des ténèbres. Si chaque lumière grésillait longtemps avant de s'éteindre progressivement, jusqu'à présent, le rythme se brisa. Tout se passa en moins de temps qu'il en faut pour le lire. Il y eut un bruit sourd. La musique s'arrêta. Au même moment, le noir les enveloppa entièrement.
Et le silence.
Pour ceux qui osaient regarder devant eux, le noir paraissait épais, vide, opaque. Si l'on omettait peut-être... Ces images subliminales, qui ne restaient même pas suffisamment longtemps visibles, pour s'imprimer correctement sur la rétine... Était-ce un visage d'un blanc nacré, flottant dans l'air, ou rampant sur le sol ? C'était à n'y rien comprendre. Les images disparurent comme elles étaient apparues... Et d'ailleurs, était-ce vraiment réel ?
Tout semblait rentrait dans l'ordre, si l'on omettait le noir et le silence qui continuaient de s'abattre sur eux.
C'était sans compter sur cette main froide, qui agrippa brutalement, subitement, le poignet libre de Reka, laquelle – peut-être – se mettrait à hurler.
La seconde d'après, les lumières revenaient.
Les quatre personnes se trouvaient dans un couloir désert. Une fois qu'ils seraient remis de leurs émotions, peut-être pourraient-ils se rendre compte que la porte, au bout du couloir, avait été ouverte. Une lumière s'en dégageait d'ailleurs, comme si tout ceci n'avait été qu'un mauvais rêve. Les quatre misérables n'avaient malheureusement d'autre choix que de se rendre dans la pièce suivante, s'ils espéraient pouvoir recouvrer leur liberté.
Ladite pièce paraissait plus accueillante que le couloir précédent, plus calme. Elle n'en demeurait pas moins abandonnée, comme le reste de la maison. Les meubles, tous très anciens, étaient désordonnés et couverts de poussière. A vrai dire, l'ensemble de la pièce était en pagaille. Elle avait visiblement été une salle à manger, mais les ustensiles traînaient ici et là, parfois même par terre. La fenêtre de la pièce était condamnée, en revanche, deux portes étaient ouvertes ; l'une menant à des pièces annexes ainsi qu'aux étages, la seconde au sous-sol... L'endroit paraissait décidément plus tranquille. Pourraient-ils s'asseoir, faire le point, décider d'un plan ? Peut-être pourraient-ils même trouver de quoi manger, certaines conserves ayant des durées de vie excessivement longues...
C'était sans compter sur la suite des événements.
Les portes, jusqu'ici entrouvertes, se refermèrent brutalement. Aussitôt, de l'eau se mit à s'écouler de l'évier, qui paraissait pourtant hors d'usage. Elle coulait excessivement vite, c'en était presque surnaturel. L'eau ne tarda guère à déborder de l'évier, pour envahir le sol de la pièce, qui, il faut le préciser, demeurait assez étroite. Pourquoi le niveau de l'eau montait-il si rapidement ? Pourquoi Diable ne s'échappait-elle pas sous l'interstice des portes ? La pièce semblait hermétique et l'eau montait, montait, comme dans les cabines de ce vieux paquebot disparu le siècle précédent. Il y avait sans doute une explication rationnelle à tout cela – sans doute l’œuvre de quelque mutant –  mais comment s'en soucier quand la situation devenait si urgente et dangereuse ? Le niveau de l'eau les atteignait désormais aux genoux, et les portes demeuraient irrévocablement bloquées. Ils pourraient éventuellement trouver refuge sur les meubles en hauteur, ou capables de flotter, mais quand l'eau atteindrait le plafond, qu'adviendrait-il d'eux ? Peut-être fallait-il essayer de détruire les portes, mais l'eau n'avait de cesse de gagner en hauteur et pression, gênant leurs mouvements.

Laissons nos pauvres diables un instant, pour nous préoccuper de l'agent Kreizler. Si celle-ci avait été guidée jusqu'ici par des visions, le Petit Poucet n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. La balançoire grinça. L'espace d'un instant, Rix put percevoir cette fillette défigurée, qu'elle n'avait pas pu sauver, l'an passé. L'apparition disparut rapidement, mais le jeu d'enfant continuait de se balancer, comme s'il indiquait la route à suivre. A l'arrière de la maison, Rix trouverait effectivement une autre porte.
Ladite porte se refermait lentement, après qu'une silhouette spectrale, familière, aimée, l'eut franchie. Rix oserait-elle suivre le souvenir de celui qui lui avait été arraché, pour s'engouffrer dans la maison ?
La pièce où atterrirait l'agent Kreizler serait quoiqu'il en soit déserte. Une terrasse intérieure, quelque peu austère et sombre, puisque les baies vitrées avaient été condamnées. L'endroit était simplement ornementé d'une vieille cheminée et d'une grande table. Sur la table en question étaient posées les photographies des quatre personnes piégées dans la bâtisse... Maison que Rix allait devoir explorer de fond en comble, quitte à prendre le risque de retomber sur des apparitions brèves, certes, mais relatives à de sinistres affaires passées...


Dernière édition par Fay Woodsborrow le Lun 21 Avr - 1:42, édité 1 fois

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Ven 18 Avr - 10:23

Chapitre précédent :: Une odeur de chien mouillé
Les joies de la paternité... Qui diable avait eu l'idée de pondre une idée pareille ? Arlathan trouvait ce concept tout à fait... Débile. Non, mais c'est vrai quoi ! La seule chose intéressante dans cette histoire de procréation ne durait qu'une poignée de minutes et se déroulait neuf mois avant la naissance ! Où était le plaisir à entendre un adulte modèle réduit brayer toute la journée ? Et encore ! S'il n'y avait que les pleurs ! Les bébés vous vomissaient dessus, pissaient et chiaient partout. Bref, mieux valait avoir l'estomac bien accroché.

- C'est ton tour pour la couche ! Beugla Shâlimar, tenant la gamine à bout de bras.

Et alors qu'il était tranquillement assis là, à observer sa prodigieuse collection de bouquins comme il en avait l'habitude, elle lui refila son fardeau.


- Argh ! Accueillit-il son enfant, avec une moue écœurée.

Lorsque l'odeur de la merde arriva jusqu'à lui, il eut un haut le cœur.


- Ras-le-bol ! On ne s'entend même plus penser dans cette maison ! S'énerva-t-il à son tour. Et c'est quoi cette odeur de merde ? Je lui ai changé sa couche il n'y a pas une heure !

Ce qui était faux bien sûr, comme Shâlimar venait de le faire remarquer.

- Tu trouves pas qu’elle grandit vite ? On va en faire quoi ? Lui demanda Dieu, tandis qu'il s’affairait à la tâche. Et quelle tâche ingrate !

- On pourrait la vendre. J'ai trouvé un site sur le web qui gère ce genre de transaction. Répondit-il, à moitié sérieux.

Il paraissait que certains couples, fauchés comme les blés, en arrivaient à une telle extrémité. Ils étaient nombreux à avoir pris conscience, durant la guerre, que la vie était un combat de tous les jours. Et si le monde était à nouveau en paix, ce constat demeurait vrai. On disait communément que l'homme était un loup pour l'homme. Un proverbe intemporel qui s'appliquait aussi aux mutants, voire davantage. Il suffisait de regarder Zexion et Ascheriit s'entredéchirer pour en être convaincu. Quelle folie !


- Non mais je te jure, y a rien de beau dans ces trucs merdeux. Et ne me dis pas que tu as du être un beau bébé, ils hurlent, ils foutent le bordel, ils coûtent très cher… Et surtout, les bébés puent ! Se plaignait Dieu, pendant que son homme finissait le boulot.

Une fois qu'il fut au propre, l'enfant se calma et ses cris s'atténuèrent peu à peu. La gamine adressa même une sorte de sourire, édenté, à son père.


- Mouais... Lâcha-t-il. J'ai une envie de chimichanga. Ma caillette, un petit mexicain, ça te tente ?

Mais Shâlimar s'était éclipsée entretemps... Pour aller ouvrir la porte à une étrangère ! Diantre !

- Mon gros rat musqué, y a une blondasse à la porte. J’l’a laisse entrer ? Lui demanda-t-elle.

Une blondasse... Voilà qui ne l'aiguillait pas beaucoup. Attrapant le bébé, Arlathan rejoignit Dieu à la porte. D'un signe de tête, il lui fit comprendre qu'elle pouvait ouvrir. Et lorsque ce fut le cas...


- Ah, enfin ! Vous voilà ! Tenez ! Il lui remit le bébé dans les bras. Je reviens de suite. Je descends viteuf ses affaires et vous pourrez l'embarquer !

Et il repartit aussi sec. Problème réglé.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Ven 18 Avr - 10:24


Le calme de Davos avait été déjà mis à rude épreuve plusieurs fois, cependant, rares étaient les moments où il n'avait pu prendre sur lui afin d'appréhender la situation de la meilleure façon possible. Il n'était pas dit que la situation qui se déroule présentement allait en faire partie. Si peu de bruits de l'extérieur du café étaient perceptibles, à cause du double vitrage et ensuite, concentré comme il l'était, les couleurs du missile gonflable attiraient l'oeil bien plus que le bruit d'un ballon dégonflé. Ébahi, et se demandant s'il rêvait, il vit le missile s'arrêter tant bien que mal devant la vitrine, laissant retomber à terre sa conductrice – chevaucheuse ? - en tomber les quatre fers en l'air, tout en étant secouée de rires. La tête blonde ne lui disait rien, mais il devait reconnaître un certain cran et une belle excentricité à cette femme qui n'avait rien trouvé de mieux que de traverser les rues de New York avec un moyen de transport flamboyant.

La conquérante – plutôt que la dingue, ce qui était évidemment péjoratif aux yeux de Davos, même s'il ne savait dans quelle catégorie classer cette femme – fit par la suite son entrée dans le bar, sans prendre attention aux absences de réaction qu'elle déclenchait. Pourtant, on pouvait dire qu'elle avait fait une entrée fracassante....au point de s'en retrouver un peu salie et d'avoir des vêtements en lambeaux par endroits. Le barman n'eut pas de mouvement envers elle, aussi se contenta-t-elle d'aller vers un drogué qui devait être là depuis un moment, en lui lançant joyeusement :

- Toi, t'es plus parmi nous ! Coucou ! Simplet ? Simpleeeeeeeet ! Le démon a vidé ton cerveau ! Y'a p'us rien dedans ! Tu comprends ?

Davos, en temps normal, aurait sans doute été gêné d'assister à cette scène, ou du moins il n'aurait pas été à l'aise, ne sachant s'il devait ignorer ou prendre un parti. Mais plus que l'apparence qui, encore une fois, ne lui disait rien, ce fut plutôt l'attitude et la voix de la femme qui lui ramenèrent un écho flou et incertain en mémoire. Il dut se concentrer quelques instants, avant de retrouver à quoi cette jeune femme lui faisait penser. A la nonne qu'il avait croisée, au bal, lors de cette mascarade où nul ne pouvait se reconnaître, ni savoir qui ils étaient...plus il y pensait, plus le timbre de voix, surexcité, et le cran dont elle faisait preuve, lui semblaient correspondre.

Le marin hésita un instant, avant de se relever et de s'approcher d'elle. Il posa la main sur son épaule, doucement, sans prendre garde au barman qui devait écarquiller de le voir faire cela. Le pauvre homme devait sans doute voir son plan de neutralité tomber à l'eau et se mettre à prier que Davos n'agace pas la situation, au point de donner des idées à Talia....des mauvaises bien sûr, qui de préférence incluraient quelques couleurs, petites explosions, tout cela pour mieux ressembler à une fête. Animée, de préférence.

Il imprima une légère pression sur son épaule, pour l'inciter à se retourner. Ses yeux gris la dévisagèrent, mais comment aurait-il pu la reconnaître ? Il ne pouvait se fier qu'à la voix et l'attitude, et il se disait, en même temps, qu'il ne risquait pas de rencontrer deux personnes différentes qui auraient une personnalité aussi exubérante.

« Vous me rappelez quelqu'un...est-ce que vous étiez par hasard au bal masqué de l'Opéra Salieri ? Déguisée en nonne ?... » Il hésita, puis rajouta avec un franc sourire, pour lui montrer qu'il ne lui en voulait pas. « Je suis le chevalier qui ne s'est pas montré très élégant devant vous. »

Il prenait ça à la blague maintenant, même si sur le moment il n'avait pas été vraiment très fier.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Ven 18 Avr - 10:25


Pourquoi riait-il de la sorte ? Était-ce mon entrée qui le rendait aussi hilare qu’un vieux hibou ? Était-ce le fait que je l’avais appelé A ? Je n’en savais fichtrement rien mais après tout, s’il trouvait cela comique, c’était de sa propre blague qu’il s’amusait. Car, si on ôtait le coté certes théâtral de cette question, qu’il avait lui-même instauré avec cette rencontre, elle n’était pas idiote au point de s’en étouffer. Il était celui qui avait signé d’un simple A son invitation à un rendez-vous des plus secrets. Il avait voulu jouer au mystère et maintenant s’en moquait c’était à se demander si ce n’était pas qu’un fou. En outre, comme il existait tant de nom commençant par cet être qu’une tentative pour deviner le nom qui se cachait derrière cette simple lettre aurait été des plus stupides comme des plus aléatoires. Pourquoi alors chercher à l’appeler autrement ? Peut-être d’ailleurs n’était ce même pas là sa véritable initiale mais simplement celle du substantif Ami . Je ne comprenais donc pas pourquoi cette interrogation qui pouvait sembler des plus anodine le rendait aussi rieur. A moins qu’il ne l’ait confondu avec une exclamation de type Ah ?, je ne voyais pas. Quelque chose dans mon physique peut-être ? Mon teint pâle ? Je ne voyais rien d’autres que ces idées-là mais ne pouvait en favoriser aucune aussi me contentais-je de croiser les bras en signe de non-amusement de ma part.

Car, en effet, s’il avait fait tout cela uniquement pour pouvoir se moquer, alors il était bien inutile de rester. Nous n’avions apparemment pas tous de temps à perdre pour de pareilles âneries. S’il voulait s’expliquer, je lui laissais encore quelques minutes pour le faire, après quoi je risquais soit de laisser le Dragon se déchaîner sur lui, soit de tourner les talons pour m’en aller vaquer à de véritables occupations. Ce laps de temps supplémentaire, ce sursis même, je ne lui accordais que par pur curiosité. J’étais intriguée par cet homme qui avait réussi à avoir accès à moi par la Division. Comment avait-il fait et surtout pourquoi l’avait-il fait ? Quelles étaient donc ces informations qu’ils pouvaient bien avoir que je n’avais pas, -si elles existaient bien, ce dont je commençais fortement à douter- ? Pour quelle raison avoir monté tout cela si c’était simplement pour railler, au final ? Était-ce un test de Percy pour s’assurer de ma loyauté envers son organisation ? Une mascarade ou un traquenard ? Ou tout simplement pas l’homme que je cherchais ? C’était une éventualité à laquelle je n’avais pas pensé jusqu’alors et pourtant elle était tout à fait plausible, auquel cas ma question pouvait alors réellement paraitre comique.

Je ne savais toujours pas s’il était bien le A que je devais rejoindre ou ce qu’il pouvait réellement me vouloir mais en tous les cas, quoi que ce fusse, s’il était là juste pour me rire au nez, je n’allais pas perdre mon temps plus inutilement. Et comme il ne réussissait toujours pas à recouvrer un calme, ne serait-ce que relatif, dans les minutes qui suivirent, je m’apprêtais à choisir l’une des deux options pour lesquelles je m’étais déjà décidée plus tôt. Restait à savoir laquelle aurait ma préférence ? Me défouler quelque peu sur cet individu qui me riait au nez sans que je ne sache réellement pourquoi ou repartir aussi rapidement que j’étais venue ? La dernière me semblait la plus appropriées dans la mesure où je n’étais pas entièrement certaine qu’il s’agissait bien là de A. Replaçant donc mon capuchon, j’initiais un premier mouvement pour m’échapper de cette situation sordide lorsqu’enfin, la lune m’éclaira. Au sens propre comme au figuré. Ses pupilles furent une des réponses que je cherchais depuis un moment déjà. Elles étaient dilatées au point que cela pouvait se voir même en d’aussi mauvaises conditions. Réduisant la distance qui nous séparait d’un pas assuré, je lui attrapais le menton et lui fichais le rayon de ma lampe-stylo dans les yeux, avant de lui faire ouvrir la mâchoire pour inspecter sa cavité buccale. Le tout avec la rapidité de l’expertise qui devait en partie expliquer l’absence de réaction de sa part pour m’en empêcher jusque-là. Le rapprochement physique, ici, n’était pas pour me déranger comme il était bien plus professionnel qu’autre chose. Lorsque la jeune femme apeurée laissait place au médecin, c’était tout de suite bien plus facile. Après tout, ce trouble n’était que psychologique, aussi dans d’autres conditions cette phobie pouvait s’éclipser pour me permettre d’exercer mon métier au mieux, bien que le contact avec les morts aient toujours été plus aisé, même entravé par ma mutation. Tout cela pour dire que mes observations furent sans appel. Sa bouche asséchée, ses réflexes pupillaires ralentis, ses joues légèrement plus chaudes que la normale, et d’autres signes encore, ce ne pouvait être autre chose qu’un magnifique état d’ivresse. Si c’était bien l’homme que je devais rencontrer, ça n’avait vraiment plus rien de bien sérieux. Et ce fut l’amorce. « Mais vous êtes soul, ma parole ? Et pas qu’un peu ! Le dragon doublé du médecin inquiet, cela donnait toujours un très mauvais mélange, surtout pour la personne en face. Je ne sais pas si vous êtes bien celui que je cherchais, ce A qui vous a tant fait rire ou non, mais une chose est sure : vous êtes un idiot. Surtout si c’est vous. Avec de pareils signes cliniques, vous n’avez pas dû y aller de main morte sur l’alcool. Il est presque étonnant que vous teniez encore debout et beaucoup moins que vous soyez aussi… joyeux. » C’était sorti tout seul mais ça n’en était pas moins vrai. Et s’il n’avait pris aucune pincette avec moi, c’est qu’il devait estimer qu’il n’y en avait nul besoin aussi ma réponse ne devait pas le surprendre outre mesure. En outre, vu le niveau d’alcoolémie qu’il atteignait, il était probable qu’il oublie la moitié de cet entrevue. Pourquoi alors être venu à ce rendez-vous ?
 

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Fay Woodsborrow le Lun 21 Avr - 22:06

blabla

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Essai via Xmen

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum