testforum

Be My Wolf

testforum  ::  :: Registre

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Dim 25 Aoû - 23:04



Le froid est saisissant. Sous son corps la neige semble s’infiltrer dans chaque parcelle de son épiderme rendant la douleur encore plus intolérable. Des plaies suintent un liquide noir et épais, semblable à une mélasse. Bientôt le même liquide coule des commissures de ses lèvres et c’est comme s’il étouffait. La fourrure de la Louve le soulage un peu, et sentir contre lui les battements de son cœur ont un effet apaisant. Pas assez pour trouver la force de se relever cependant. Pas assez.

« FAAYYYY ! » Hurle-t-il alors qu’on l’emmène loin d’elle mais le cri n’a d’écho que dans son esprit. Il se débat et rue pour échapper à leur prise, à leurs mains intrusives mais son corps reste inerte et pas un de ses muscles frémit. Il a l’impression de traîner un poids mort et il comprend que quelque chose dans son enveloppe est cassé. Les flèches… L’argent combiné à un sort détonnant. C’est bien de la fourberie humaine ça. Les animaux eux ne se battent qu’avec ce que la nature leur a donné alors que l’homme se sent toujours obligé de tout modifier et de tout plier à sa volonté. Lui n’est pas un homme.

« Fay. » Sanglote-t-il, parce qu’il ne ressent pas la présence de sa chaleur à ses côtés. « Pardonne-moi… » Demande-t-il encore alors qu’il ne se sent plus la force de lutter contre le poison qui s’infiltre en lui. Dans un sursaut il ouvrit les yeux sur un visage qui n’était pas celui qu’il adorait. Une jolie cascade de cheveux roux c’est ce qu’il vit, mais il détestait leur éclat flamboyant. Il aurait voulu voir les pâles rayons de la lune. Alors qu’une larme coulait sur sa joue, un dernier souffle quitta ses lèvres. Et Despera qui se tenait à ses côtés, passa sa main sur son visage pour fermer son regard vide.

***

L’Alpha s’avança d’un pas qu’il feignait lourd vers sa progéniture. Il fit rouler les muscles de ses épaules alors qu’il s’arrêtait à quelques pas d’elle. Il avait longtemps souhaité une telle conclusion à cette histoire mais dans ses espoirs les plus fous, c’était sa fille qui finissait par se nourrir des entrailles du sorcier. Il était impropre à devenir l’un des leurs. Malgré les années il n’avait jamais réussi à être un loup. Un des leurs. Pourtant il avait volé quelque chose de précieux, qui empêchait également sa fille d’appartenir entièrement à la meute. De se choisir un mâle. De propager sa lignée. Plus le temps passait et plus son emprise sur sa fille diminuait. Et il n’aimait pas ça. Le vieux mâle était un homme de pouvoir. Il l’avait toujours été. C’était ce qui garantissait sa survie. Les sentiments qui animaient sa fille, il ne pouvait pas comprendre. Il n’avait jamais ressenti ça. Pas même pour les femelles qu’il avait tenté d’engrosser. Même sa fille n’était qu’un moyen.

« Il est mort. »
Lâcha-t-il sans préambule, avec une certaine satisfaction néanmoins. Il n’était pas loin quand ce connard avait rendu son dernier soupir. Sa carcasse attirait la charogne comme un bon morceau de steak et il avait dû tenir les autres loups loin de lui, histoire de maintenir une certaine illusion.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Dim 25 Aoû - 23:25

Le regard d’Ambre brûle la pupille. Des jours à me tenir loin de la meute et me voilà revenu sur le seul ordre de ce putride alpha qui me sert de père. Le corps humain est nu, couvert de sang, l’ours n’a pas eu raison de moi et j’ai eu raison de lui. Le corps est entièrement offert à la vue des mâles, personne ne veut me laisser quitter ce cercle qui s’est formé autour de moi. Mon corps dégage une odeur…son odeur. Et je ne veux que le voir pour repartir. J’ai faillis à ma tâche de protectrice, j’ai abandonné chacun des loups qui composent ma meute, je ne les vois pas autour de moi.
Se presse la meute personnelle de mon père, composée d’imbéciles, de brutes, de pauvres médiocres qui ne savent rien, hormis le sang et l’égorgement. Je suis comme eux cependant. Je ne sais pas ce qui se déroule exactement, je me tiens là, nue, le sang a laissé des stries pourpre sur la peau diaphane, la louve blanche, dans toute sa splendeur, se tient là, offensante face au père.

Mes cheveux collent à ma chair, le sang colle à mon cuir, il y a des plaies qui sont miennes, il y a du sang qui n’est pas le mien. Mes seins indolents sont là, dressés à la vue de tous, le liquide carmin s’émancipant sur les mamelons et le galbe, sur le ventre comme les cuisses. L’odeur que je répands est une odeur de femelle. Une odeur qui fait naître une lueur opaque dans les regards lupins.
Et pourtant je me tiens là, indolente, insolente, mais les mots….

Je regarde mon père, brusquement, il …sourit ? Sa main retient mon poignet de tout empressement. Il m’attire brusquement à lui. Qu’est-ce que tu fais vieux fou ? Je t’éventrerais d’une griffe si je le désirais. Un feulement électrise la scène, yeux dans les yeux, je le fixe.

-Tu pues son odeur, tu pues sa dominance. Tu es transmise, à l’un d’eux, celui qui te prendra le premier. Mes yeux s’injectent d’une lueur furieuse.

-Je t’interdit de me donner vieillard. Tu as peur de moi, tu avais peur de lui. Je t’éventrerais, tu entends ! Je t’éventrerais !

Crachais-je à son visage. Alors qu’il me rejette au centre du cercle, les mâles à sa cause souriant, tournant brusquement autour de moi. Je n’ai pas peur, personne PERSONNE ne me prendra ma liberté. Personne !
L’air devient électrique, pulsant autour de moi avec une force et une rage possessive. Ma meute, ceux à ma cause sont retenus, je les entends hurler, rager. Je ne sais où ils sont, mais une des cavernes est bloquée par une pierre.

-Je vous éventrerais tous. TOUS !

Mais parler n’est que peine perdue. Je les vois rager, se transformer, je ne ressens aucune peur, je n’ai pas de crainte. La lune émet un étrange rayon vers moi, je me mets à courir, fendant la foule qui se mue et mon père sourit. Je te tuerais vieillard, aucun ne me prendra de force. AUCUN.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Lun 26 Aoû - 0:11




Il court. Il court dans la forêt sur ses quatre pattes. Ivre de plaisir, ivre de liberté, sa cadence s’accélère à chaque instant. Il a flairé la piste d’un lapin, qui laisse derrière lui l’odeur de sa peur à suivre aussi claire qu’un sentier. Il est un loup. Et ses pattes puissantes le propulse en avant et le rapproche toujours plus de sa proie.  Il est l’esprit du loup.

Ses paupières s’ouvrent sur des pupilles d’ambre. Le regard d’un animal sur le visage d’un homme. Son torse se gonfle d’un grondement et il attire la curiosité de la maîtresse de maison. Elle reste choquée, la respiration coupée alors qu’il se dresse devant elle. Elle pourrait s’attarder sur sa beauté presque animale, la perfection de ses traits et ses muscles secs et bien dessinés sous une peau pâle, de ce membre entre ses jambes qui fait palpiter ses chairs. Mais c’est autre chose qui la saisit. Outre le fait qu’il se soit relevé d’entre les morts, son corps est en train de changer. Les muscles roulent sous sa peau et il prend une nouvelle ampleur. Son poitrail devient gigantesque et se couvre d’une fourrure dense et sombre qui descend en pointe vers son sexe mais s’arrête là où se dessine des abdominaux. La peau devient sombre, aux reflets bleus. La mâchoire se tord et se fracasse en un bruit épouvantable d’os et de chair broyée et devient la gueule d’un loup énorme. Ses mains s’allongent, ses ongles deviennent des griffes acérées. Des blessures à son torse et sa cuisse, suintent l’argent qui a empoisonné son sang comme si son corps le rejetait. Ses cuisses, ses jambes se couvrent elles aussi d’une épaisse toison. Son sexe disparaît sous l’ébène de ses poils et ses jambes deviennent des pattes pourvues elles aussi de griffes. Pourtant il se tient debout, comme un homme. Lorsqu’il s’avance, elle s’écarte pour le laisser passer car il porte en lui ténèbres et mort, comme un terrible messager.

Un hurlement terrible déchire la nuit. Surréel, il fige tout le monde sur place.

Il est le Loup.

Il bondit au centre de la mêlée et sa gueule se déchire encore dans un hurlement sauvage qui aplatit tout le monde au sol. Son apparition paraît surréelle et beaucoup hésitent sur la marche à suivre. Jamais on n’a vu bête si gigantesque et même l’échine du vieillard semble plier sous sa magnificence. D’un pas leste, celui d’un animal, il s’avance et se penche sur la femme à terre. D’elle émane l’odeur de la peur et du défi. Du sang également et cela le rend fou furieux. Il pousse un grognement terrible, qui fait fuir les moins courageux. Les autres font rapidement cercle autour de lui et s’arrangeant pour que sa louve reste dans son dos, sous sa protection, la bête se jette dans la bataille et déchire ceux qui ont osé toucher ce qui lui appartient. Il se repait de leurs entrailles et la gueule puant la mort, il hurle aux autres leur destin proche.

Il est le Démon Loup.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Lun 26 Aoû - 1:10

Le cœur tambourine au fond de mon poitrail, j’ai réussi à les fuir, à mordre si fort certain, à sentir leur sang entre mes mâchoires, mes dents lacérant des chairs, déchiquetant des peaux. Mais d’autres ont mordu mes pattes, mon dos, les douleurs me lacèrent, je ne veux pas être possédée, je ne veux pas être abandonnée à qui que ce soit d’autres. Je ne saurais le supporter, s’il est mort, s’il est vraiment mort, s’il n’est plus rien alors j’abandonne volontiers ce monde.
C’est la seule chose qui glisse à mon esprit, je ne parviens pas, je ne sais plus réfléchir. J’ai envie de fuir, mon corps frappe le sol de la falaise, je monte, toujours plus haut, il viendra un moment où je ne pourrais plus m’échapper mais les hauteurs…les hauteurs auront raisons de toute ma déraison.

Il est mort…
Ces mots résonnent à mon esprit de bête quand le hurlement fait écho et rage dans la nuit. Mon visage se redresse, je sais que c’est lui. Ils sont figés, et moi j’y réponds. Je hurle à mon tour, son prénom, réclamant, hurlant, je veux qu’ils viennent, je veux qu’il soit là. C’est lui, je le sais où je deviens folle. Lui. Seulement Lui.

Et puis…
Il est immense et je le regarde, dans ma carcasse d’humaine, je le regarde. Sa beauté me trouble, mon corps en sang l’observe, ne se dérobe pas, derrière lui, protégé, la hanche douloureuse, j’ai envie de l’effleurer, de le toucher, de sentir sa fourrure, mais je deviens louve, regagnée d’une force furieuse, le corps blanc s’agite, et se colle au sien, il ne me fait pas peur.

Une pierre frappe le sol plus bas de la falaise, le Sphynx de Despera semble avoir libéré les nôtre, notre meute. Il reste encore quelques insoumis, qui veulent se battre, mais le combat est perdu d’avance. Je me redresse, tournant autour de lui, il est en vie. Mon corps frole le sien, ma hanche me fait mal, me blesse, un hurlement.

Notre meute nous a rejoint, entourant ceux qui nous entoure, mais le hurlement provient d’un endroit plus loin, d’en bas de la falaise, mon père. Il cherche donc la provocation…des corps se jettent vers nous, mais ils me semblent puérils, fétus de paille qui s’écrasent dans la gueule du dominant. J’ai mal, ma hanche…mais rien ne transperce sur mes traits alors que lentement monte vers nous la silhouette grise de l’alpha…sa mort parvient à mon esprit….ce soir, la lune berce les deux alphas, moi et Ambrosius. Ce soir, la meute change de chef. Et mourrons ceux qui sont contre nous.

Mon père arrive lentement, entouré de ses suiveurs, ils ne sont plus beaucoup. Pauvre fous, tu es trop vieux désormais pour tout cela, tu ne sais pas ce que tu défends, tu ne sais plus….je me tourne vers lui, le corps baissé prêt à foncer sur lui.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Lun 2 Sep - 21:47




Dans sa gueule énorme il tient des tripes qu’il dépose aux pattes de sa Louve comme un cadeau funeste. Les attaques ont cédé et il sent la peur s’infiltrer dans les rangs des Insoumis. S’il était homme, il en rirait mais Loup il se contente de gronder en dévoilant ses crocs gigantesques, luisants comme de l’ivoire sous les reflets de la lune. Il entend d’ailleurs son chant magique et ses pâles rayons réchauffent ses poils comme le ferait le soleil. Il sent sa Louve contre lui et tourne sa gueule géante vers elle, il se met à lécher ses babines, à fourrer son museau dans ses poils. Rapidement il est dur comme le bois, mais un hurlement l’empêche de la posséder devant tous et de marquer son territoire. Le vieux loup, le vieux fou vient à la rencontre de sa dernière bataille. Le dominant le sait et pour marquer son nouveau territoire, un jet d’urine puissant coule entre ses cuisses et se mêle à la neige. Tout ceci est à eux.

Levant son museau vers sa seconde amante, le lycan hurle son encouragement à sa femelle. Une complainte puissante qui berce sa force et la libère. A deux ils forment un duo meurtrier et implacable. En le créant, le père n’a signé que sa perte à venir. Le combat commence, violent, et le loup noir garde ses pupilles fauves gravées sur l’action. Le vieux loup est rusé mais la rage l’aveugle et ses attaques manquent de précision. A cela il faut ajouter un âge trop grand qui rouille ses muscles et le rend moins rapide que la Louve Blanche. Elle est extrêmement gracieuse et pourtant elle frappe pour tuer. Lorsqu’enfin le corps du père git au sol, le Loup Noir attend les premières notes du hurlement de sa compagne avant de se joindre à elle. La meute, dominée, s’incline face à leurs nouveaux maîtres.

Se frottant contre la petite louve blanche, la bête mi-homme et mi-loup imprime son odeur dans ses poils et marque sa possession. Il ne la prend pas devant tous car le combat l’a affaiblie et parce que c’est elle la véritable chef de la meute et il serait mauvais de montrer une faiblesse chez sa femelle. Mais il lèche sa vulve et fait claquer sa mâchoire et nul ne peut ignorer qu’il l’a fécondée. Satisfait de son œuvre, il urine encore une fois non loin du corps du loup mort. Puis comme le veut la tradition, et selon l’ordre complexe de dominance de la meute, ils se nourrissent du cadavre pour absorber sa force. Les plus faibles ayant à peine quelques os à ronger.

Mâles et femelles se couchent ensuite sur le dos, dégageant leur poitrail pour qu’elle puisse le mordre et marquer ainsi sa dominance. Le Loup Noir se laisse aussi tomber sur le dos, dans un grognement contenté alors qu’elle vient le renifler. Il lui offre sa gorge, et une vue sur ses attributs masculins fièrement dressés pour elle. Il lui appartient.

Il est le Démon Loup. Protecteur de celle qui est née Louve.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Sam 7 Sep - 16:45

Ton odeur m’entoure et je sens les rayons de la lune bercée mon pelage comme pour le faire resplendir sous sa lumière. Le corps est empli de souffrance, comme si des lames de rasoir remplacées les articulations, mais je ne saurais faiblir, pas maintenant, pas encore. La présence gigantesque du loup, celle de la lune, me donne une force que je puise dans les tréfonds de mon être, maintenant, le jeu est en route, le destin de la meute se joue ce soir. Ma mort ou la Sienne.
Le loup hurle, le père s’avance, fendant la foule de fidèle, roulant les épaules dans une tentative d’intimidation, mais il ne m’a jamais fait peur et ce n’est pas aujourd’hui que cela arrivera. Aujourd’hui, cette nuit, il a voulu aller trop loin, il a essayé de me donner en pâture aux mâles, il a essayé de faire ce qu’il a toujours fait : contrôler mon existence. Et il suffit.

Le hurlement du mâle, le mien, entraîne mon corps à se redresser, les pattes arrière donnent l’impulsion et le corps d’un mouvement se redresse. La tête est secouée et les grognements cherchent à mettre en place la provocation, je grogne, je vocifère, raclant le sol avec mes pattes, face à mon père, face à celui trop vieux désormais pour ce jeu.
Mais le contrôle de la grande meute a toujours été pris ainsi. Mes enfants me tueront certainement, mais je sais que j’abdiquerais la direction de la meute, je sais que mes enfants avec Ambrosius seront différent, aujourd’hui, nous en sommes là. Je dois le tuer.
L’alpha charge et rue, oubliant ce qu’il m’a toujours appris. La colère aveugle les mouvements et les siens sont enfermés dans ces mouvements de rage. L’agilité dont je fais preuve est couronnée à chaque geste d’une douleur violente à la hanche, elle arrache des soupirs brusques, et il en joue, un instant, comprenant, où se trouve la douleur, mais il fait une erreur encore une fois et mes crocs s’enfoncent dans sa gorge et le sang brûle ma gueule.

La force que m’a transmise Ambrosius par sa présence me fait serrer ma mâchoire plus fermement, la tête est secouée et je sens les lambeaux de chairs se déchiqueter, le corps de mon père s’affaisse, c’est finit et je regarde la bête n’être plus rien. Rien ne me traverse si ce n’est une sensation de fierté, mon regard observe la meute et mon visage se redresse, hurlant vers la Mère lune.

Les coutumes éclatent et je me sens épuisée peu à peu. Le corps dévoré, les loups dominés, je tourne autour de mon mâle lentement, l’odeur de son pelage est une promesse et nos fidèles nous entourent alors, Despera, Thomas et les autres, ils se placent lentement autours de nous, marquant un peu plus la déchéance des dominants désignés par mon père dans le passé, le poitrail et la gorge du loup et mordillé et dans tout cet instant sauvage, je cherche la complicité Lupine.

Je finis par le lécher, lentement, son visage et puisque je suis la louve Alpha, j’en fais le loup Alpha sous tous les regards des loups. Les œillades animales, j’oblige Ambrosius à se redresser et toute la meute, jusqu’aux loups éternels s’abaissent. Les corps dans une vague commune baissent leurs têtes vers le sol. Le hurlement que je lance à la lune est différent des autres, sans faiblesse, je le désigne comme le compagnon avant de lui tendre mon visage pour qu’il le lèche, laissant sa langue courir sur ma gueule, la douleur à ma hanche est désormais trop violente et je gémis.

Toute la meute redeviens lentement humaine, le chant des corps qui craquent et se déboitent règne brusquement et je redeviens moi-même, appuyant mon corps sur la droite pour ne faire souffrir plus ma hanche, j’entends les voix s’élever. Ils ont accepté sous la forme lupine, maintenant, ils doivent accepter sous l’autre et les cris des hommes, des femmes ne donnent que mon nom puis celui d’Ambrosius. Nous sommes désormais leurs alphas.

C’est dans ses bras que je me retrouve…alors que la douleur à la hanche me fait grimacer, me fait grogner de rage, la longue chevelure blanche cachant mon corps avec raison. La meute est désormais mienne, nôtre et comme le veut une coutume ancienne, l’alpha s’enfermera plusieurs jours dans sa tanière avec pour seule compagnie que sa première moitié.
Menée à la tanière, Despera s’isole avec moi, sa magie est refusée avec rage, les hurlements qui glissent hors de mes lèvres sont violent, cela me fait mal plus qu’il ne le faudrait. Je hurle et ils sont plusieurs à me tenir et il faut des heures avant que les premiers effets de ses sorts soient ressentie, épuisée,je m’endors en cherchant sa présence.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Lun 9 Sep - 21:34




Rituel animal et magique, Ambrosius ressent désormais la force des autres loups de la meute à ses côtés et leur présence. Il perçoit une partie de leur excitation, de leurs souvenirs, de leurs craintes et désir mais tel un bateau affrontant le grain il se dirige vers le phare des pensées de la Louve Blanche devenue sa compagne sous le regard de tous. Il ressent la force du lien qui les lie maintenant l’un à l’autre, comme une corde attachée à ses côtés et qui se mettrait invariablement à saigner si elle était coupée. Les pensées de la Louve l’effleurent un instant, elles l’enrobent alors que sa langue court sur sa fourrure, que ses crocs s’enfoncent dans sa chair par jeu et possessivité. Il se redresse à ses côtés, l’homme loup, moitié bête, moitié animal et reçoit l’aval de ses pairs. La dépouille du sorcier, comme une seconde peau mal ajustée, est abandonnée et il entre dans la meute avec l’âme d’un nouveau-né.

Retourner à sa former d’homme lui est alors pénible et douloureux et il se sent gauche et inadéquat sur ses deux jambes. Un sentiment qui s’efface un peu avec les secondes qui passent mais continue de persister dans une partie de son esprit. L’inquiétude est reléguée à plus tard pour faire face au présent le plus pressant et important. La souffrance de Fay fait écho dans son propre corps et alors qu’il l’emmène vers leur tanière, il puise dans ses propres ressources pour lui apporter confort et guérison. Mais ses propres forces sont faibles, après le combat et le retour à la vie et il ne fait que vaguement l’apaiser.

C’est Despera qui prend le relais, imposant des rituels magiques qui la font hurler et qui lui le fait grogner. La magie sur laquelle il s’est reposé tant de temps l’insupporte aujourd’hui et il tourne comme un animal en cage alors que les soins sont administrés, grondant lorsque les gestes sont trop déplacés. Aucun mâle ne reste là car il ne les supporte pas auprès de sa compagne dans un moment de telle faiblesse. C’est aussi pour ça qu’il s’est frotté contre elle plus tôt, parce qu’elle portait l’emprise d’autres loups sur sa fourrure. Lorsqu’elle se calme enfin il renvoi tout le monde, les plongeant dans une solitude qui lui fait rappeler la caverne. Il porte la main à son torse, là où une douleur fantôme vient de se réveiller et sous ses doigts né un hématome qui s’estompera d’ici quelques heures. L’ombre de la mort ayant échouée.

Il se love contre sa Louve, appréciant le contact de sa peau fraîche contre son derme à vif après les multiples transformations. Un sourire de Loup traîne sur son faciès où la barbe est venue se loger. Puis sa main comme une patte, vient traîner sur le ventre nu de sa compagne. Il voudrait qu’elle lui dise si l’instinct encore faible chez lui a su deviner juste. Il interroge d’un léger mouvement de sourcils, alors que ses lippes viennent effleurer sa nuque et qu’il la mordille. « Louve… » Gronde-t-il, et le mot roule dans son torse comme une chute de pierre contre une falaise. C’est la voix du loup qui franchit ses lèvres. Le sorcier lui, a laissé son âme dans l’autre monde.

« Est-ce que tu me fais des petits ? »

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Sam 14 Sep - 14:18

La douleur est une sensation qui survit, malgré la force lupine, malgré les soins magiques de Despera. Le corps n’est qu’un morceau entier de douleur, suintant les blessures et qu’il ne quittera plus pour le moment. J’ai hurlé, j’ai demandé à ce qu’on me laisse seule avec Lui mon mâle, mon dominant, mais les cris n’ont été qu’abandon dans l’instant, dans la chambre immense tandis qu’ils étaient là à me maintenir pour me soigner
Allongée sur le sol, les yeux clos, le souffle lent, la hanche brûle toujours et la sensation peste à mon esprit. Despera a murmuré quelque chose à mon oreille. Elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas administrer tous les soins, cela pourrait mettre en danger la portée qui prend vie dans mon ventre, elle m’a murmuré ses mots et j’ai compris. Je l’ai regardé avant de retomber dans l’épuisement et d’attendre, alors son odeur est venue à moi pour m’envelopper.

L’odeur, la force et la chaleur me sont délice et je soupire, doucement, en le sentant contre moi. Un sourire sur le bord des lèvres se forment. Je ne me suis jamais aussi sentie aussi louve qu’en l’instant, moi qui n’ai cessé de combattre durant mon existence, moi qui n’ai fait que repousser les mâles, celui que je veux et que j’ai toujours voulus, depuis des années, est à moi et je suis sienne.

-Là tout de suite ? Les yeux toujours clos s’ouvrent pour le regarder, les pupilles ambrées se posent délicatement sur lui et je me tourne quelque peu. Une grimace orne mes lèvres, la douleur du mouvement mais je souris encore. Disons que tu vas attendre quelques mois pour les voir.

Je le regarde. La louve observe le loup avec une passion animale, je ne sais pas comment il va accepter cette nouvelle, je soupire, ma main caressant sa joue barbue avec un plaisir certain.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Lun 7 Oct - 19:44


Le regard céruléen de l’homme devient d’un jaune animal alors que le loup regarde sa louve du fond de l’être qu’il habite. Sa main sur son ventre se fait plus impatiente et elle flatte ses flancs comme si elle cherchait d’elle-même la réponse. Il gronde, montrant les crocs alors que la réponse sibylline l’agace. Il n’a pas la patience de l’homme et lorsqu’il s’agit de sa chair il n’aime pas le jeu. Heureusement les secondes s’étirent et enfin le doute est balayé. Le loup pencha la tête contre la paume qui le caressait pour mieux apprécier la chaleur de ses doigts contre sa peau, avant de tourner l’échine pour mordre le bout de ses doigts avec taquinerie. Ses lèvres finissent par s’étirer du sourire lent du mâle contenté. Sa virilité émet un sursaut avant de retourner au sommeil et il se gonfle d’un souffle d’orgueil. Il a rempli son office.

« Bien Louve. » Souffle-t-il alors qu’il vient chercher les lèvres de sa compagne et joue de sa langue avec la sienne. Les angoisses de l’homme sont tenues en laisse, les lambeaux de ses réticences sont lacérés de crocs incisifs. L’animal étouffe l’homme qui se rebelle et il s’installe dans la chaleur de sa femelle. Elle n’est plus une sœur aujourd’hui, mais la compagne destinée à porter ses portées et toute autre pensée est malsaine. De vieilles excuses qui n’ont plus lieu d’être.

« Dors maintenant. » Et la voix du loup résonne dans l’esprit de sa compagne, l’exortant au calme de force pour qu’elle retrouve un peu de son énergie. Il la sent se relaxer contre lui et sa main continue de masser le ventre encore plat, la peau chauffe sous sa paume et il lui transmet une partie de son énergie pour se remettre plus vite de ses blessures. L’action le pousse aux limites de ses propres forces et il s’endort contre elle, ronflant paisiblement alors qu’il sait que personne ne viendra troubler leur retraite.

Au réveil sa main palpe une rondeur agréable et il y plante ses griffes avec jeu. Il s’attarde sur la croupe qui frémit avec suavité et il ouvre un œil, toujours d’une lueur doré sous la présence du loup dans son corps et son esprit.

« Louve j’ai faim. » Fait-il en roulant pour revenir contre elle. « Nourris-moi. » Gronde-t-il, en frottant paresseusement son torse. « Et tu seras récompensée. »

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Sam 12 Oct - 23:04

L’orgueil du mâle qui a engrossé le ventre de sa femelle. Plus je sens cet orgueil gonfler, plus je me sens en osmose parfaite, enfin, avec ma nature. Des années de lutte, des années de souffrance et le voir enfin devenir le loup. Je crois que je n’aurais jamais pu souffrir plus qu’en le voyant refuser, me rejeter, me détester. Cette souffrance…elle est encore en moi. Je sais ce qu’il est devenu, mais j’ai peur. Peur de le voir flancher de nouveau. Et si sous le regard de la Mère Lune, mon père avait lancé une malédiction ? Non…non je ne dois pas penser à ça, je n’en ai pas le droit. Ce serait intolérable. Je crois que j’aime me faire souffrir sans raison, parce que sans lui, je n’ai aucune raison de vivre. Je l’ai tant voulus, je l’ai tant désiré, j’ai hurlé milles souffrances quand il m’a rejeté. J’ai voulu mourir, dans la forêt j’ai hurlé à la lune et plus je le regarde, plus sa présence m’électrise, plus je m’en souviens.

Dans le sommeil, le corps est plongé dans les cauchemars, risibles. La lune est là, puis elle disparait, elle devient noire, elle n’influence pas la terre de sa présence. Et il se tient là. Mon père, maudite créature qui me sourit. Quand il n’y aura pas de Lune, il ne sera pas loup et il te reprochera tout. Et tu pleureras encore. Tu ne seras jamais digne d’être la louve alpha, parce que ton mâle ne sait pas être l’homme autant que le loup.
Ce n’est qu’un cauchemar, mais je gémis dans mon sommeil. Les larmes dans les pensées roulent sur mes joues alors que je cours encore vers mon père, je lui coure après mais je chute dans les ronces.

Une douleur dans la fesse, je sursaute. Le visage enveloppé par la chevelure devenue blanche entièrement, je redresse le regard lupin sur le mâle. Il parle mais je ne l’entends pas. Brute, brusque, d’un mouvement, je me jette à ses lèvres pour l’embrasser, fiévreuse, effrayée du cauchemar, je veux son gout, son odeur il a faim ? Je m’agrippe à lui, mes mains tenant son visage, mon corps pressé contre le sien. La fièvre borde mes lèvres, la louve gronde.

Je retire mes lèvres pour le regarder, reprenant soudainement conscience. Je le regarde, la pupille miel et brillante, je le regarde. La hanche me blesse encore, je me lève et nue, j’ouvre brusquement la porte. Personne dans la demeure. J’ai chaud, encore assujettie à mon cauchemar, ma tête passe par une fenêtre et j’hurle.

-J’ai faim ! Nous avons faim !

Refermant brusquement la porte, violement je dirais même, je retourne à la chambre. Je le regarde un instant à la porte avant de venir m’installer sur lui. La fièvre qui est en moi n’est pas naturelle, étrangement, je le regarde, brûlante, c’est la peur, la crainte, l’odeur de sa peau m’obsède, je le saisis pour ramener le haut de son corps vers le mien.

-Louve…louve….je suis Fay ! Je suis l’alpha, je ne suis pas que Louve… Je sais que je ne peux pas lui mentir. Il doit sentir que je ne suis pas réellement bien. A moins qu’il n’ait oublié notre passé, les rares fois où j’ai été si mal…à cause de mauvais rêves, de terribles cauchemars. Je grogne. Avant d’abdiquer ma crainte et aller l’embrasser, dans un soupir plaintif. Je suis Fay. Je suis ta Fay.
Je suis Fay, plus que simplement ce nom de Louve. Je suis Fay, la louve et l’alpha. Je gémis, frottant mon intimité contre la sienne, je veux que sa queue durcisse et la faire venir en moi. C’est tout ce dont j’ai besoin pour me calmer, pour me rassurer. Si je le perdais encore une fois, infime, je mourrais.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Dim 13 Oct - 14:59



Le regard du Loup irradie comme de l’ambre brut et séculaire et il observe avec un orgueil démesuré la Louve alanguie sur la couche qui doucement s’éveille. Un grognement accompagne son geste alors qu’il entoure de ses bras ses hanches graciles. Il recueille son poids et sa chaleur avec adoration et renifle la saveur envoûtante de sa peau. Ses lèvres ont le goût irréel de la lune et il s’abandonne à leur caresse, sa langue fouillant la sienne avec possession. Elle saisit son visage et il reste docile entre ses mains comme une proie, observant la lueur fauve qui traîne dans son regard. Son sourire s’agrandit, lupin sur un visage d’homme et il ne la lâche pas du regard alors qu’elle commande à la meute. Ses pupilles ambrées coulent sur sa silhouette nue avec adoration et il se laisse retomber dans le moelleux de la couche. Bordé par l’odeur musquée de la Louve, il ferme doucement les yeux, une lueur malicieuse filtrant entre ses paupières mi-closes. Enfin, après toutes ces années, il a été reconnu comme son mâle et ce repas est le premier qu’ils vont partager comme compagnons. Il espère avoir de la biche, Loup adore ça. Bien plus que le lapin dont les os minuscules sont désagréables sous les crocs malgré le goût exquis de sa chair.

Il rit alors qu’elle grogne et proteste mais lui aime l’appeler Louve, ou compagne. « Tu es ma Louve. » Proteste-t-il en grognant, retrouvant sous ses paumes la chaleur maladive de sa peau. Doucement il sent le corps de sa compagne chercher le sien, et un frisson délicieux courre le long de son échine mais il a la paresse du mâle ayant déjà accompli son office. Il promène cependant sa langue sur la peau fragile et douce de sa nuque, goûte l’odeur de sa peur et en fronce les sourcils.

« De quoi as-tu peur ? » Demande-t-il alors qu’il continue ses caresses apaisantes. Ses doigts glissent dans la moiteur de son dos, tombent sur ses hanches et effleurent le ventre encore plat, s’y attardant tendrement avant que l’excitation de la femelle ne lui devienne une gêne parce qu’elle n’éveille qu’un faible écho chez lui. Il a déjà rempli son office, et Louve est toujours blessée. Il ne peut pas la prendre ainsi. Il caresse ses cuisses, apaisant, avant de grogner pour attirer doucement son attention.

« Ce n’est pas vraiment l’heure des jeux Louve. J’ai toujours faim et toi tu es blessée. Tu as besoin de repos. » Tendrement il vient mordiller son menton, sa joue, pour l’apaiser et la rendre docile. Bien que doux, son ton grondant montre la détermination du mâle dominant. Si c’est elle qui se trouve à la tête de la meute, dans sa tanière il entend bien être maître même s’il ne veut pas lui opposer la vulgaire dominance qu’il aurait exercée sur une autre femelle. Louve est son égale. Mais pour son bien, elle doit s’en remettre à son jugement. Doucement il la mordille encore, comme une réprimande pour son comportement insouciant.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Dim 13 Oct - 23:41

La peur qui tiraille mon esprit est brûlante. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Je devrais être simplement heureuse non ? Puisqu’il est là, avec moi, puisque nous sommes enfin réunis. Je devrais simplement être contente. Parce que j’ai eu envie d’Ambrosius depuis mon adolescence, je l’ai aimé et je l’ai vu dans les bras d’autres filles. Même pas des louves et j’ai fais celle qui allait bien en ayant qu’une envie : celle de les tuer. Pourquoi j’ai peur maintenant ? Pourquoi j’ai fais ce cauchemar ? Au fond de moi, l’instinct Lupin me crie que quelque chose en vas pas et pourtant, je veux croire qu’on sera enfin bien. C’est tout ce que j’ai toujours voulu.
Je fais un caprice ? Je suis trop égoïste ? Je sais pas. J’ai l’impression que je suis la pire personne qui soit. La meute est sous mes ordres, j’ai enfin mon loup et je doute encore. Mais je n’arrive pas à combattre ce sentiment.

Mes entrailles se tordent. Je ne suis pas que ta Louve Ambrosius. Je suis Fay, je suis plus que ça. Tu as toujours su que j’étais plus que ça. Pas que la louve, pas que l’alpha, je n’ai jamais été rien d’autre pour des tas de gens, hormis la louve et toi tu le sais, pourquoi ça me blesse ?

-Je ne suis que ta louve ?

Demandais-je avec moi de force d’un coup. Je ne suis que ça ? Pour toi je suis plus. Ou j’ai trop espéré ? Ne me dis pas que je me trompe maintenant et que je m’en rends compte trop tard ! Ce n’est pas possible. Tu réponds étrangement à mon envie, je souris tristement, je te regarde mais je ne me sens pas bien.

- Un cauchemar m’a fait peur. Mon père était dedans.

Je n’ai pas envie d’en dire plus. Je le crains. Je continue à te chercher, plus lentement, mais tes caresses me donnent froid dans le cœur. J’ai mal, au fond de moi, au fond de moi la louve gémit de douleur.

-Tu as faim ? Je fronce les sourcils. Tu grondes et cela refroidis aisément mes ardeurs. Je me sens repoussée comme un simple réceptacle et je me redresse brusquement, la chevelure fouettant son visage, le corps sur la défensive, se repousse. Je rêve où tu me repousse parce que tu as faim ? Parce que je suis pleine ? Parce que j’ai mal encore ? Ambrosius…qu’est-ce qui te prend ? Dans la caverne, rien ne t’a empêché de me baiser et là ? Tu fais ta fine bouche ? J’admets volontiers que tu es le maitre dans la tanière. Mais ne vas pas trop loin. Je ne suis pas si docile.

Mon regard éclairé d’une lueur animale, je le préviens. Il vaut mieux pour lui qu’il fasse attention. J’ai encore quelques douleurs mais je peux m’en aller. Je ne crains pas de le faire. Je te fixe, t’as intérêt à faire attention à ce que tu vas dire.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Lun 14 Oct - 14:09




Le Loup ne comprend pas pourquoi sa compagne semble déçue. Oui elle est sa Louve, son univers tout entier. Le ciel et la terre, comme les limites et les possibilités de son monde. Ce n’est pas une chose anodine pour un loup de se lier à un autre. C’est une union presque magique, scellée dans l’éternité. Il n’y a pas un être que Loup aimera d’avantage qu’elle. « Que » sa Louve lui semble alors un peu réducteur et l’éclat de feu de son regard se terni un peu et il ne sait quoi répondre. Le malaise de sa compagne est palpable, comme si l’air devenait soudain vicié. Il sent la déception affleurer à sa peau et s’il était sous sa forme lupine il aurait baissé les oreilles et rentré sa queue entre ses pattes, misérable et geignant. Il n’a pas l’habitude d’être une source de déception pour elle.

« Ton père est mort tu ne risques plus rien. » Dit-il avec logique. La meute s’est nourrie de la dépouille du perdant, il ne reste rien, pas même son fantôme pour les hanter car sa défaite suffit à jeter la disgrâce sur son essence. Mais Loup se montre tendre et il effleure la peau frissonnante de sa Louve, essayant de la rassurer de la chaleur de son corps. Pas comme elle l’entend en revanche, lui se sent vide de désir alors qu’il sait qu’elle porte ses petits.

Elle s’échappe soudain de ses bras et le grondement meurt dans le tréfonds de son torse alors qu’il se sent orphelin de son touché. A-t-il dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Il pense à sa hanche qui la fait souffrir, est-ce donc mal ? De vouloir la protéger et la soumettre au calme ? Le traumatisme de la bataille a été grand en plus, il faut qu’elle reprenne des forces et mange de la viande. Il tend le bras pour qu’elle revienne dans la chaleur de son giron, contre lui, il aime la sentir lovée simplement contre son corps.

« Est-ce que tu m’en veux de prendre soin de toi ? » Il fronce les sourcils, un peu dérouté il doit l’avouer.

« Dans la caverne tu étais en chaleur et il a bien fait, c’était le moment adéquat. Mais maintenant que tu es pleine et toujours blessée, il n’y a aucune raison de te faire mal d’avantage Louve. Tu seras docile parce que je suis ton compagnon et que je sais ce qui est bon pour toi. Dans tes instants de faiblesse tu dois t’en remettre à moi. Avec plus de raison encore que lorsque nous sommes seuls, je ne remets pas en cause ta dominance sur les autres loups de la meute. C’est en plus ta première portée et tu sais bien que c’est délicat. » C’était difficile de parler raisonnablement avec des mots d’Homme, en règle générale il aurait planté ses crocs dans l’encolure de sa femelle et elle se serait soumise naturellement à son autorité. Peut-être était-ce également sa nature de femme qui compliquait tout, en posant des questions qui n’avaient pas lieu d’être.

« Et ne m’appelle pas Ambrosius. C’est son nom à lui. »

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Lun 14 Oct - 14:44

J’ai l’impression que tu as oublié. J’ai voulu pendant des siècles, des années, que tu sois le loup et que le loup soit toi. J’ai prié, j’ai pleuré, j’ai cherché ça. Et aujourd’hui, tout semble inverser tu n’es que le loup et plus Ambrosius. Je le sens, je le sens à tes réactions. Comme si tu ignorais tout. Et j’ai envie de pleurer. Qu’est-ce que j’ai fais ? Je me sens étrange. Je me sens coupable. Je déteste la vie qui est en moi parce qu’elle me rend plus facilement sujette à l’envie de fondre ou de hurler.
J’ai l’impression de faire un caprice. Je n’aime pas avoir cette sensation. Je ne veux pas être simplement un réceptacle. Je n’ai pas envie de donner la vie comme ça. Comme mon père l’a fait avant avec toutes ses femelles, comme ils l’ont tous fait, toujours. Par dédain. Je ne veux pas être ça dans ma tanière. J’ai toujours lutté pour être plus qu’une simple femelle. J’ai permis à certaine de devenir des dominantes. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’asservir seulement à cela.

Je t’écoute, je t’entends et mon visage devient terrifié, horrifié. Je ne sais pas quoi répondre, je te regarde et je ne vois pas Ambrosius. Où est-ce qu’il est ?

-Mais qui es-tu ?

Les larmes roulent sous mes joues. J’ai peur. Je sais que je ne devrais pas faiblir comme ça. Mais je me recule, jusqu’à être bloquée par le mur. Je ne veux pas que tu m'approche.s Je ne sais pas qui tu es. Ambrosius est mort. Despera me l’a dit. Est-ce qu’une mauvaise âme a pris possession de son corps ? C’est ça ?

-Tu es un voleur de corps ? Tu as trouvé son corps et tu l’as pris ? Qui es-tu ? Qu’est-ce qu’il se passe.

J’ouvre la porte pour m’éloigner. Je ne veux pas rester seule avec toi. Ce n’est pas Ambrosius, je ne sais pas qui tu es. Qu’est-ce que j’ai fait putain ? Je deviens folle, je me mets à courir, pour sortir hors de la maison, et cogne brusquement contre un corps plus petit, ridé, puant la vieille charogne. Les yeux horrifiée…

-L’ancienne…

Elle sourit de son air édentée. L’ancienne. La plus vieille louve de la meute, celle qui arrive à peine à se déplacer, qui ne quitte jamais sa tanière, chez moi, devant moi et qui se fout de ma gueule en riant ? Je sais qu’elle est une chamane respectée, mais quand même.

-Loup ? Loup viens-ici soit obéissant s’il te plait. Elle frappe le sol de son baton et elle me regarde, me soufflant. Tu as peur Alpha ? Aurais-tu vu le grand méchant loup ? Hinhinhin Sa baguette touche mes cheveux et leur redonne une couleur rouge. Petit chaperon rouge….

Un grognement s’arrache de mes lèvres et je saisis sa main brusquement.

-Qu’est-ce que tu as fait ?

-Moi rien. C’est Lui.

Désigne-t-elle en ne montrant personne. Lui ? Le loup ? Je relâche sa main et mes yeux coulent vers les escaliers pour le voir arriver…

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Mar 15 Oct - 23:01



La question claqua dans les airs comme un coup de fouet et Loup regarda sa compagne avec un air interloqué. Elle savait bien pourtant qui il était puisqu’elle avait regardé au fond de ses yeux et l’avait reconnu comme son compagnon. Et lui, contrairement au sorcier, il ne l’avait jamais trahie et lui avait toujours communiqué son amour. Alors pourquoi semblait-elle effrayée tout d’un coup ? Il la protégeait contre le danger, jamais il ne lui ferait de mal elle devait pourtant bien le savoir. Il tendit le bras pour essuyer ses larmes mais elle se déroba à son toucher comme s’il était nocif et Loup sentit une plainte douloureuse monter du fond de sa gorge. Sa compagne ne devait pas avoir peur de lui, ni refuser son contact. Le lien qui les unissait était trop profond, au-delà même du monde matériel.

« C’est mon corps Louve. C’est la Mère Lune qui me l’a donné. » Bien des années plus tôt il était entré en fusion avec une âme en colère qui l’avait rejetée alors qu’il était un cadeau des Dieux. Le Démon Loup. C’était la mère Lune qui avait accouché de lui pour veiller sur son plus précieux joyau. L’ombre pour faire jaillir la lumière. Elle le savait bien non ? Elle devait l’avoir senti au premier instants, quand une de ces rares fois, le sorcier et le loup avaient eu le même geste pour la marquer.

Loup ne savait pas s’il devait la suivre ou non, Louve était trop bouleversée à son contact. Mais il sentit la terrer trembler sous ses pieds, comme si une vague de magie le frappait et l’appelait. Sa transformation ne prit que quelques secondes et il se retrouva sous sa forme véritable, un loup garou gigantesque campé sur ses deux pattes arrière. Une bête gigantesque qui frôlait les deux mètres de hauteur et qui semblait taillé comme une armoire à glace.

Il s’avança dans le couloir, amenant l’obscurité avec lui. Ses yeux étaient devenus deux grenats incandescents. Il ouvrit la gueule, sur ses crocs ivoiriens et un grondement intense monta de son torse. Sa masse se courba en deux, en signe de respect pour la vieille chamane, messagère de la Lune. Puis il se pencha vers sa Louve, voulant goûter sa peur de sa langue mais il se retint, craignant qu’elle ne se dérobe de nouveau à son contact.

« C’est Elle qui m’a appelé. » Sa gueule ne bougea pas mais sa voix, grondante et profonde emplit l’esprit des deux Louves. La puissance de son aura animale empli le couloir et son regard brûlant s’attacha à sa compagne.

« Du tréfonds de l’Enfer j’ai entendu son appel. Je me suis libéré de mes chaînes de feu pour retrouver ma compagne. Et j’ai bien fait. En retrouvant mon corps j’ai vu que sa vie était en danger. Mon corps. Ma place Louve. Même si ceci est la forme originale que la mère Lune m’a offerte. Elle m’a donné à toi parce que tu es destinée à un grand destin. Je suis ton tout. »

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Sam 19 Oct - 22:53

J’ai toujours été unis avec ma part lupine, parce que je suis née louve, je n’ai jamais été qu’une lupine. Je n’ai pas connu l’humanité normale, je n’ai pas cette dualité en moi. Je suis en symbiose parfaite avec ces parts sauvages, je suis sauvage, je suis la louve blanche, l’alpha. Mais Ambrosius…Ambrosius et son loup ont toujours été en opposition. Ils n’ont jamais voulu se compléter et se comprendre. Ils se sont battus, l’un et l’autre, inlassablement, pour se dominer, se museler et je ne m’en rends compte que maintenant.
J’ai été égoïste, j’ai pourtant essayé d’apprendre à l’homme mais j’ai oublié d’apprendre au loup et …et je me sens horrifiée. Par moi-même, parce que je suis, ce que j’ai fait, tout simplement, je me sens complètement…je me déteste.

-Non…non Mère Lune…NON ! Vous ne deviez pas vous battre…vous deviez vous compléter. Non…

Non ce n’est pas possible. Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y penser. Je me sens oppressée, au fond de ma cage thoracique, un poids lourds, brutal, énorme tiraille mon souffle. La sueur colle sur mon front déjà, coule et accentue un malaise qui né rapidement alors que ma hanche me fait souffrir encore. Parce que je ne fais pas attention.

Je m’éloigne de lui, la déchirure au fond de moi et grande, brûlante. Mais croiser l’ancienne ne réveille qu’un peu plus ma colère, alors qu’elle se fout de moi. Ma main se saisit de la vieille et la rage qui fourmille au fond de ma gorge résonne.

-Qu’est-ce que tu as fais vieille folle ?

Un son de mécontentement et d’un coup de baguette ma main s’éloigne. Je déteste quand elle fait cela. Je la regarde, furieuse, c’est elle. Elle seule. Elle qui ricane en me regardant d’un air espiègle. Je n’aime pas tes leçons de morale vieille femme. Qu’est-ce que tu veux m’apprendre ? Je la fixe avant d’entendre Sa voix. Et mon visage se tourne, vociférant avec férocité.

-TU L AS LAISSE LA BAS ! Tu aurais du revenir avec lui ! Vous n’êtes pas ue entité seule, vous DEVEZ être deux ! Ensemble. La louve l’humaine, ça ne se différencie pas chez moi. Mais même ça Toi tu ne l’as pas compris !

Je me mets à tourner en rond. Grondante, animale, la sueur coule le long de mon dos, je ne veux pas le voir, je veux l’égorger.

-Je t’interdis de prendre l’apparence louve ! TU ne le mérites pas Loup ! Non ! NON !

La voix alpha est furieuse et la vieille femme m’arrête attrape mon bras et essaye de me calmer. Je ne te déteste pas vieille femme. Je déteste tes leçons de morale. Tu es la plus vieille lupine a être en vie et c’est chose rare. Je te dois beaucoup de respect pour cela. Mais…

-C’est un jeune loup, tu vas le faire souffrir et tu souffriras aussi en lui parlant ainsi mon enfant. Elle entoure mon visage de ses mains et j’essaye de me libérer, mais je risquerais de lui faire mal. Elle me fixe du plus profond de son regard d’émeraude. Ambrosius ou le Loup. J’ai fait revenir celui que tu désirais le plus au moment où tout se passait. Tu voulais ton loup. Tu as ton loup.

-Vieille salope de manipulatrice. Je retiens mes larmes. La face cachée de la lune, tu la connais bien. Où est-il ?

-Regarde mes yeux…

La voix de la vieille est étrange et je plonge dans son regard…le monde n’est plus le mien, mais des enfers….

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Dim 20 Oct - 13:59




Loup essaya de se faire plus petit qu’il ne l’était face à la fureur de sa compagne. Ses oreilles s’abaissèrent alors qu’il fixait ses pieds qui foulaient furieusement le sol. Ce n’était pas qu’il n’avait pas voulu emmener Ambrosius avec lui, c’est qu’il n’avait pas pu le faire car au lieu d’être un, ils étaient deux et il était impossible pour quiconque d’avoir la force de ramener deux âmes des enfers. Lui-même avait difficilement franchit la barrière pour réintégrer ce corps pour lequel on l’avait formé. Laissant une plainte s’échapper de sa gueule, il se courba en deux alors que la puissance de l’alpha le clouait sur place. Désemparé il sentait les os sous sa peau, sa fourrure, se disloquer pour prendre une nouvelle forme puisqu’elle lui refusait celle-ci.


***

La douleur pour seule compagne. Ambrosius avait perdu le compte des minutes, des heures, des jours et des semaines depuis son arrivée ici. Ce n’était pas la chaleur infernale qui le mettait au supplice, bien que sa langue soit devenue du papier de verre et qu’il ait l’impression que du sable coulait dans sa gorge mais la douleur qui le vrillait de part en part. Les liens qui le retenait, lourdes chaînes d’argent, s’étaient incrustées dans la peau de ses poignets et de ses chevilles, semblant ne faire plus qu’un avec. L’habitude avait rendu cette présence presque supportable. Mais ce qui se passait dans son corps…

Lune… Lune… Pitié… appelait-il.

Pitié.

Et sa mâchoire se vrillait d’un seul coup, les os craquant pour devenir une gueule remplie de crocs. Les os de ses bras se disloquaient, son ventre était pris de torsions furieuses, et il aurait voulu se mettre sur quatre pattes mais les liens le maintenant douloureusement en place. Les poils poussaient sur sa peau, toison noire qui le piquait comme des milliers de petites aiguilles s’infiltrant sous sa peau. Un cri proche du grognement animal lui échappait enfin, et alors qu’il se sentait presque au bord de la rupture, la douleur disparaissait et il redevenait homme. Quelques secondes, le temps de reprendre son souffle, un air vicié par l’odeur de son propre sang, puis de nouveau une pointe lui clouait l’épine dorsale.

***


Alors que Loup achevait sa transformation en un loup plus massif que ceux qu’on avait l’habitude de croiser en forêt, le poil sombre et luisant comme de l’obsidienne, il sentit la douleur de son frère d’âme à travers le portail ouvert par l’ancienne.

Et son cri, animal et puissant, se conjugua à celui de l’homme.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Ven 25 Oct - 22:52

Le corps tombe sur le sol et suffoque. Une douleur vrille mes entrailles, déchirant le ventre et lacérant le cœur en vérité. Un gémissement s’arrache de ma gorge alors que ma respiration trop rapide s’étiole de mon torse. La transpiration qui ruisselle sur mon front traduit une panique qui est en train de me posséder, trop, beaucoup trop et j’ai mal. Mal de ce que j’ai vu, mal parce que je vois la douleur, parce que je ne peux rien faire. Je ne parviens pas à me redresser du sol, je me sens anéantis un instant.
Durant un instant je ne parviens plus à me souvenir, à me rappeler, je suis simplement un morceau de chair en douleur. Je me sens oppressée, je me sens perdue, mise en échec et je n’aime pas la sensation qui m’accable.

Je tremble, c’est tout ce que je sais, tout ce que je sens, de toutes parts et je pleure. Les larmes percent mes joues et la vieille femme se penche vers moi, elle dit quelque chose, mais je ne l’entends pas, je n’arrive pas à entendre.
J’ai mal. Et je me tords. Je ne veux plus être ici, je ne veux plus être là. La peu tombe de mon corps et je les pousse, tous, je me mets à courir, si vite, si loin, que j’ai l’impression de m’enfuir de cette vie, de ce clan, de tout cela. Je cours, je cours jusqu’à glisser sous une souche et rester là, loin de tout….

Pas de petit garçon cette fois pour venir me courir après. Pour toquer au bois et essayer de me faire sortir. Je ne veux plus…je ne veux plus rien. Les gémissements plaintifs qui continuent à s’échapper de mes lèvres, j’ai mal à ma hanche, je le sais, je le sens.
J’ai peur aussi.

Et je reste pourtant caché là….

***

-Vieille folle, je t’avais dis de la laisser tranquille ! Et toi ! Toi va la chercher ! Elle est terrifiée !

La voix de Despera est un ordre, même sur la vieille chamane à qui elle tient tête. La louve rousse n’a pas peur. Au contraire, la seule qu’elle craint c’est moi. Elle leur crit dessus, elle ordonne. Elle sait elle depuis le début, la chamane lui a expliqué. Mais elle sait peut-être plus de chose que la chamane elle-même.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Ambrosius Ivanov le Ven 25 Oct - 23:25



Loup a la sensation que la douleur le cloue littéralement sur place. C’est une émotion si intense qu’il lit sur le visage de sa Louve, que ses pattes se dérobent sous lui et qu’il se met à geindre comme un louveteau. Mais elle ne l’entend pas, elle n’entend pas le chant de son compagnon qui se mêle à la plainte et la force qu’il voudrait lui communiquer par le biais de leur lien de couple. Elle semble tout d’un coup fermée à sa présence et le Loup encore une fois exècre l’homme car sa présence ne semble pas faire grande différence. Il plante sa pupille dans celle de la vieille tortionnaire mais celle-ci n’affiche que son air malicieux, et sa langue apparaît entre les trous ménagés par ses dents parce qu’elle semble fébrile.

Louve fuit et il n’ose pas la suivre, elle montre tous les signes qui indiquent qu’elle ne peut supporter sa présence. Et pourtant elle a reniflé et mordu son poitrail et l’a reconnu comme son compagnon. Il a senti la puissance de son désir pour elle, qui l’a fait devenir dur et elle l’a laissé se lover contre elle, lui a fait sentir la chaleur de son ventre qui abrite sa portée. Il a rempli son rôle, il l’a protégée et il a été à ses côtés pour prendre la place de la meute. Pourquoi le rejeter ainsi alors que lui l’a toujours aimée inconditionnellement ? Pas comme l’homme qui rejetait ses sentiments par peur et par bêtise.

La Louve Rousse apparaît et ordonne et il n’aime pas son ton et montre les crocs. Debout sur ses pattes fébriles, il tourne et retourne, ne sachant que faire. C’est finalement sa passion qui le pousse à courir après sa Louve, à suivre sa trace la truffe collée au sol. Elle laisse derrière la trace de sa terreur et de son désespoir et cela pousse Loup à courir plus vite, à mieux se concentrer sur les odeurs de la forêt et se débarrasser de celles qui ne l’intéresse pas. Louve sent le bois vivant, elle sent l’eau fraîche frappée par la lune et la chaleur d’un lit de paille. Elle est foyer, réconfort et vie.

Jappant alors qu’il s’approche près de la souche où elle a trouvé refuge, Loup tourne autour, la queue et les oreilles basses, ne sachant trop quoi faire. Il essaye de passer son gros museau et son corps musculeux par le trou où elle est entrée et il a envie de lui offrir le réconfort de ses baisers mais sa langue ne fait que laper le vide parce qu’elle se trouve hors d’atteinte. Enervé il grogne et gratte la terre, essaye de se faufiler encore mais se retrouve coincé et panique jusqu’à réussir à se libérer à nouveau.

Vaincu, Loup se laisse tomber sur le sol, son regard lupin fixé sur la frêle silhouette dissimulée dans la pénombre. « Louve… » Fait-il, projetant sa pensée à travers le lien de couple qui a l’air sacrément endommagé, comme si on l’avait rogné pour le faire céder.

Poussant un soupir il geint encore et appelle. « Fay… Fay ne te cache pas de moi s’il te plaît. » De nouveau il essaye de se faufiler et de lécher, sentant qu’elle souffre. Sa patte s’avance, et se pose sur le bras de la femme loup.

_________________
avatar
Ambrosius Ivanov

Messages : 25
Date d'inscription : 14/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Fay Woodsborrow le Dim 3 Nov - 18:54

La douleur physique ou morale me semblent inégale. Je souffre plus de ce qui arrivé que de ma hanche. Je me sens coupable. J’ai condamné Ambrosius par ma bétise, je rejette le loup parce que je ne peux pas supporter d’avoir blessé le sorcier et j’ai la sensation de n’avoir fait, de n’avoir su faire que des caprices dans mon existence. Si j’avais été…si seulement…si quoi ? Je ne sais même pas. Je me ressens affreusement vide, j’ai la sensation d’avoir blessé l’homme que j’aime et de l’avoir rejeté, de l’avoir condamné à cette souffrance infernale et j’ai mal. J’ai mal et je suis terrifiée. Je ne peux pas avoir fait ça, mais pourtant, pourquoi ?
Il m’a si souvent rejeté et j’ai eu peur, encore, une fois de trop, de n’avoir rien compris, d’avoir eu des illusions. J’ai mal au fond de moi et la terreur est pire. Cachée dans ce trou, le corps fatigué retrouve sa forme humaine, les larmes coulant sur mon visage, la douleur continuant à geindre de ma bouche.

Un hoquet de surprise s’échappe alors que je sens sa présence, que je l’entends et le corps allongée sur le sol boueux, je regarde celui qui essaie de me rejoindre. Je le regarde faire, il est ridicule et cela me fait sourire un instant, pourquoi est-ce que je le repousse. J’ai envie de me blottir dans ses bras et de m’y fondre, lentement. Mais…je suis coupable. Et cela me donne encore envie de pleurer.

Le corps d’un mouvement essaye de sortir mais je sens sa patte sur mon bras et je pleure un peu plus fort. Laissant sortir de ma gorge.

-C’est ma faute…tout est ma faute.

Je veux ses bras. J’ai peur toute seule sous cette souche, j’ai peur tout simplement et ma main encercle sa patte pour qu’il m’aide à sortir, pour qu’il le fasse lui-même alors que je ne concède qu’un peu de volonté. Le dos est martelé par le bois et griffé alors que je suis extirpée. Et je me retrouve à l’air libre, recroquevillée,terrifiée, je m’enroule sur moi-même, enfouissant mon visage dans mes cuisses pour pleurer encore.

-Je n’ai été qu’une capricieuse, tout le temps…depuis le premier jour, depuis toujours.

C’est ce que je ressens au fond de moi. Une culpabilité sourde. J’ai toujours été là et il a toujours subit. Mes exigences et mes caprices et aujourd’hui encore, je l’ai tellement voulu, je l’ai tellement aimé, je n’ai été que maladroite, je n’ai jamais rien donné que le pire à Ambrosius et aujourd’hui encore, ce que j’ai pu lui offrir, ce sont les enfers. Et Loup…loup…je ne suis pas à la hauteur d’aucun des deux. Je le sens.

_________________
avatar
Fay Woodsborrow


Messages : 202
Date d'inscription : 23/03/2010

Feuille de personnage
dd: age

Voir le profil de l'utilisateur http://testdesign.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Be My Wolf

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

testforum  ::  :: Registre

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum